Comment avoir un home cinéma avec un son surrond sans pousser les murs...

 

 

Vous adorez le cinéma, les multiplexes, vous aimeriez bien profiter du même son surround énorme chez vous, mais vous ne pouvez pas faire de bruit ?

 

Et si vous pouviez vous lâcher sur le son, quelque soit l'heure et vos contraintes de voisinage ?

 

Cliquez ici pour en savoir plus

 

Casque 7.1 ou casque 5.1 ?

Le 7.1 en home cinéma

Le son surround 7.1 a ouvertement été conçu par Dolby et DTS en home cinéma pour élargir le sweet spot, par rapport au 5.1. C’est à dire concrètement, pour agrandir la zone d’écoute.

En effet, sur un canapé, l’auditeur placé trop près d’une enceinte, typiquement surround, perçoit un son qui tire vers cette enceinte. Doubler le nombre d’enceintes arrières, de 2 en 5.1 à 4 en 7.1, permet non pas de supprimer cette distorsion, mais de la minimiser, car les autres enceintes du champ surround agissent alors comme contre-poids pour rééquilibrer le champ arrière. Avec comme résultat un champ surround plus immersif et crédible, malgré un placement non optimal.

Enceintes en 7.1

Configuration d’enceintes en 7.1 préconisé par Dolby

L’autre intérêt du 7.1, utilisé par les mixeurs de films, de concerts et de jeux vidéos, c’est qu’il permet de placer précisément des effets très directifs derrière la tête du spectateur. Il permet aussi de faire tournoyer le son à l’arrière de manière plus fluide et progressive, sans « effet de coin ». Surtout là aussi pour ceux qui ne sont pas placés dans le « sweet spot », alias la « place du patron » au centre.

Le 7.1 dans un casque

Au casque, la nécessité du 7.1 se fait bien moins criante. En effet, par définition, l’auditeur avec ses 2 écouteurs sur les oreilles, est forcément dans le sweet spot. Il n’y a donc aucun risque qu’il soit plus proche d’une enceinte virtuelle, puisque cette distance est identique (ou en tous cas symétrique). Donc, un très bon système casque 5.1 suffit pour restituer une circulation elliptique conforme aux souhaits du mixeur. Car, avec des enceintes bien placées autour de soi, « 5.1 » est la configuration minimale de base pour une immersion parfaite dans le son. Les ajouts ultérieurs de type 7.1 n’apportent quasi rien quand on est dans le sweet spot (en revanche, les suppressions de type « 2.1 » ou « barres de son » sont quant à elles des pertes irrémédiables ! Mais c’est un autre débat).

Reste le cas des bandes sons mixées en 7.1. Elles sont rares. Il est vrai alors que pour profiter pleinement de tous les effets mixés ainsi, un système d’écoute 7.1 chez soi, enceintes ou casque 7.1, sera alors requis. Mais c’est bien le seul cas où une configuration 7.1 au casque l’emporte sur du 5.1. Et encore, pas de manière obligatoire : ces pistes 7.1 sont souvent prévues pour être jouées en 5.1. Si le processeur ou décodeur fait bien son travail, les informations des 2 canaux arrières sont simplement ajoutées aux canaux surround principaux. Et dans bien des cas, quand on est bien placé, ce qui est forcément le cas avec un casque, on ne perçoit aucune différence.

En résumé : quand on recherche un casque surround, inutile de se polariser sur un modèle 7.1. Un casque 7.1 rend le dispositif plus compliqué (surtout pour les modèles avec petits haut-pareurs dans dans les écouteurs, car ça en fait 2 de plus à loger dans un espace déjà bien petit, au détriment de la taille des autres, un élément bien plus important) pour un gain réel assez faible. Maintenant, le marketing des marques pousse naturellement davantage les modèles 7.1 sur les version 5.1, selon l’adage « plus, c’est mieux ». Et bien non. Et c’est aussi le rôle de ce blog, que de vous avertir de ce genre de dérive. Bon surround !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *